Steam Machine Index du Forum
 
 
 
Steam Machine Index du ForumSteam-Machine.netFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Des patients plutôt impatients
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Steam Machine Index du Forum -> Système galactique Elpaïen -> Elpa Minor -> Le Poochi Galactika
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Docteur Cyborg
Cyborg
Cyborg

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 82
Localisation: Dans son vaisseau
Emploi: Chirurgien
Planète d'origine: Reikist 1
Masculin

MessagePosté le: Mer 24 Mar - 23:58 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

(Tu peux me menacer, me torturer et me mutiler, mais surtout ne qualifie pas mon esprit de cartésien !!! @_@ Je méprise Descartes et sa doctrine en papier crépon qui consiste à se contredire d'une phrase à l'autre !)

Ah ouais désolé d'avoir écrit ce tout petit commentaire mais j'ai la flemme de poster un roman trash dans l'immédiat et pour ne pas arranger les choses, le forum bug. Cependant, je te promet de te sortir bientôt le grand jeu... enfin.

Mes muscles cliquent. Mes neurones s'enflamment. Mon scalpel frémit.
Que les gerbes de sang s'envolent, qu'elles jaillissent et atterrissent dans un panache de sons et merveilles mélodies ; Maître Tchaikovsky, m'accorderiez-vous encore cette danse stridente ?
Je vous aime.
_________________
Parfois, j'aimerais bien être un chirgurgien fou...
~ Hugar


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 24 Mar - 23:58 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 25 Mar - 00:10 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

(tu parlera de Descartes quand tu en connaitra la thèse espèce de petits gâteaux très durs !)
_________________


Revenir en haut
Docteur Cyborg
Cyborg
Cyborg

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 82
Localisation: Dans son vaisseau
Emploi: Chirurgien
Planète d'origine: Reikist 1
Masculin

MessagePosté le: Jeu 25 Mar - 00:24 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

(Nan !! Pas toi ! Tu te rends compte de ce que tu viens de faire ??
Tu viens de dépuceler le seul topic vierge du forum avec ton abominable flood digne d'une aubergine galactique à deux crédits ! ><)
_________________
Parfois, j'aimerais bien être un chirgurgien fou...
~ Hugar


Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 25 Mar - 00:54 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

(mwahahaha !! tu devrais te sentir fier que je prenne le temps de lire tes messages mégalo longs comme le bras !! Et puis c'est toi qui a commencé na !)
_________________


Revenir en haut
Hugar
Sélénite
Sélénite

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2009
Messages: 1 651
Localisation: Elpa Major
Emploi: Bitch gloutonne
Planète d'origine: Sodomia
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat

MessagePosté le: Jeu 25 Mar - 10:56 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

(et puis d'abord il a même pas de bras, il a un poo-chi !! bibi fuck ! )
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Docteur Cyborg
Cyborg
Cyborg

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 82
Localisation: Dans son vaisseau
Emploi: Chirurgien
Planète d'origine: Reikist 1
Masculin

MessagePosté le: Sam 27 Mar - 17:12 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

Lieu : Centre de recherche mobile, Elmi, Elpa Minor
Date : aux alentours de 17h50
Humeur de Cyprien : A envie de tuer les deux admins floodeurs !



Cyprien rangea son scalpel dans sa veste, posa le tournevis à un endroit encore différent, se leva et conclut :

"Sur ce... veuillez me suivre."

Il ouvrit la petite porte dans un grincement de ce qu'il y a de plus strident. Une fois sortis, le Docteur Cyborg la laissa entrouverte. Il eut un moment de soupçon ponctué d'une halte brusque quand il vit un étudiant qu'il n'avait jamais vu. Il retourna sur les quelques pas qu'il avait effectué vers sa prochaine destination afin de refermer à clé la porte de son atelier. Dans un soupir, il fit remarqué à Neilerua :

"Ce que vous avez gagné à la sueur de votre front ne vous revient-il pas de droit ? Le Parasite est partout, prêt à vous dépouiller de votre labeur... J'ai l'impression de devenir fou."

Les deux hommes marchèrent silencieusement, tout les deux d'une manière sereine dans une atmosphère aussi pure que pesante. Le vaisseau tout entier était un véritable labyrinthe, notamment à cause des longs couloirs blancs, de l'étrange silence qui régnait en maître et de la décoration, absente, comme si la volonté de Cyprien était de supprimer les repères visuels dans le but que les gens se perdent. Ce qui paraissait incroyable dans ce vaisseau, c'était le nombre de tournants qu'il comportait, comme s'il n'était composé que de carrefours. Ils arrivèrent après quelques minutes et après avoir tourné une centaine de fois à un escalier de bois assez banal. Celui ci ne comportait pas de rampe, était très étroit et obscur, et les marches grinçaient. Ils descendirent dans un bruit de craquellement, comme si l'escalier allait céder sous le poids des deux hommes.
En bas de l'escalier, il y avait une arche en bois, puis une autre arche en bois, puis une porte en bois, fermée à clé. Cyprien l'ouvrit avec une autre clef de son trousseau, et se retourna vers Neilerua.

"Surtout, pas un bruit... pas un bruit."

La salle sur laquelle débouchait l'escalier était... une autre petite salle, avec une autre porte en bois, identique à la première. Il n'y avait strictement rien dans cette salle, comme si quelqu'un venait de déménager. Même si cela était tout simplement très étrange, Cyprien continua son chemin. Il ouvrit donc la seconde porte en bois sur laquelle était gravée le chiffre 9.
Une lumière très vive s'engouffra dans les yeux des deux hommes. C'était un bloc opératoire classique, propre. Cyprien semblait très heureux

"La salle précédente est la salle de décontamination. Elle n'est pas encore aménagée.
C'est ici que je travaille en ce moment, seul, et pour mon compte. J'effectue des recherches sur des soldats génétiquement modifiés. Même si je ne suis pas un militaire, je m'intéresse de très près au comportement belliciste des humains.
Ah, oui, j'oubliais, puisque vous trouvez que les robots sont trop parfaits et donc inintéressants, voici ce qui devrait vous plaire."

Il claqua des doigts et fit un sourire de satisfaction à son hôte.
Un humain, habillé de manière sportive, entra de manière fière et droite, et d'une démarche qui rappelait celle de l'eldar. Son visage était parfait, il était grand et musclé, mais ses pupilles, bien que colorées d'une superbe couleur verte, dégageait quelque chose d'anormal.

"Ceci n'est qu'un prototype humain, élevé en laboratoire grâce à une croissance accélérée. Il est capable d'obéir à mes ordres au doigt et à l'œil, tout cela grâce à un complexe programme de manipulation mentale. Je peux ainsi contrôler ses actions grâce à un ordinateur. Vous comprenez, c'est là la limite des droides : incapable de s'adapter
à une situation aïgue. Je fais actuellement des recherches sur la télépathie ; elles n'en sont qu'à ses débuts, mais elles avancent bien. Ce prototype est capable de réagir aux sons et à la lumière ; d'où l'intensité de celle ci et le claquement de doigt.
Cependant, quand je dis qu'elles n'en sont qu'à ses débuts, je veux dire que ce n'est véritablement qu'une bête issue d'une éprouvette, et non un véritable être humain. Il a des capacités intellectuelles de base, amplement suffisante pour de la chair à canon, mais il n'éprouve que peu d'émotions et de sensations. Il voit, entend, et sent très bien, mais il est incapable de parler ; car je ne l'ai pas instruit.
C'est possible de cloner des soldats par millions, mais il faut les instruire un minimum, au moins qu'ils sachent parler, lire et écrire.
Néanmoins, ce sont des vrais bêtes quasiment infatigable ; leur système nerveux est comment dire... limité..."


D'un geste brusque, il sortit son scalpel de la main gauche, et tailla la joue par deux fois du soldat. Il l'enchaîna d'un coup de poing métallique dans le torse. La respiration du soldat se fit plus puissante, son sang giclait sur la veste de Cyprien, mais il ne bougea pas et continuait à fixer dignement un point.
_________________
Parfois, j'aimerais bien être un chirgurgien fou...
~ Hugar


Revenir en haut
Neilerua
Eldar noir
Eldar noir

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2009
Messages: 688
Localisation: inconnu
Emploi: Voïvode de type absent
Planète d'origine: Ys
Masculin

MessagePosté le: Sam 8 Mai - 22:46 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

Une fascination notable s’empara de Neilerua à la vue de ce prototype d’humains serviles. Il s’avança et commença une sorte d’étude de ce corps. Le sang qui coulait de la joue du soldat n’était ce pseudo liquide utilisé par certains fabricants d’androïdes qui poussaient le réalisme en insérant des poches de pseudo sang dans certains endroits du robot. Neilerua trouvait écoeurant ce simulacre de la vie. Les robots n’étant que des êtres froids, dénués de sentiments, d’expression et de compréhension.
Il était vrai que les progrès dans le domaine de la science robotique étaient notables, ces machines ressemblant toujours plus aux humains. Mais il manquait toujours un petit quelque chose qui faisait qu’on ne pouvait les considérer comme humain. Ils n’étaient qu’une imitation. Une tentative de paraître. Une création incomplète.
Evidemment, leur utilité était formidable, les humains ne pouvant plus se passer d’eux. Ils y en avaient partout et servaient à tout. Les robots étaient dépendants des humains car ce sont les humains qui les créent, les perfectionnent et les alimentent en énergie, mais les humains sont devenus tout aussi dépendant de ces amas de tôles. Ils ne peuvent plus faire quoi que ce soit sans solliciter l’aide d’une machine. Recherchant toujours plus la facilité, ils veulent faire de moins en moins faire de tâche, sombrant dans une flegme incroyable.
Heureusement, ce n’était pas une généralité universelle. Sur certaines planètes, les robots avaient leur place mais n’étaient pas si primordiaux à la vie de leurs habitants.

On pourrait toutefois signaler le fait que les eldars noirs ont aussi un rapport étrange avec les machines. Naturellement, ils en utilisent pour la création en masse de leurs armes, de leurs vaisseaux et de leurs équipements, et aussi pour la construction ou la réparation de bâtiments, mais ils préfèrent de loin exploiter des esclaves pour ça. C’est pourquoi on pourrait dire :
Les humains dépendent de leur robot, les eldars noirs de leurs esclaves.
Ce qui n’est pas tout à fait faux. Ni entièrement la vérité.

Voici une petite (longue ?) explication du rapport qui existe entre les eldars noirs et leurs prisonniers.

Une fois leur malédiction acquise, les eldars noirs se sont retrouvé à subir des tourments insoutenables dans leur esprit, leur âme se trouvant rongée par l’esprit noir du Dieu Noir qui avait été invoqué par les eldars. Les eldars noirs, l’esprit rongé par l’aura du Dieu Noir se mirent à vouloir ressentir la jouissance de faire souffrir. Ils s’auto persuadèrent qu’en faisant souffrir les autres, ils réussiraient à convaincre le Dieu Noir de les pardonner et de les laisser tranquille.
A l’origine, c’était le but premier de ces raids à travers la galaxie. Il leur fallait récupérer un maximum de prisonniers, les garder en vie puis les torturer pour que leurs cris de douleur atteignent le Dieu Noir.
Cependant, les eldars noirs prirent goût au sang et à la souffrance des autres et devinrent de véritables sadiques et psychopathes en puissance. Se délectant de la douleur, de la peur et de la souffrance qu’ils infligeaient, ils ne capturent plus maintenant que pour faire souffrir leurs prisonniers afin de ressentir le plus de plaisir possible.
Toutefois, il existe une autre utilité qu’on trouvé les eldars noirs à leurs prisonniers. Si au début ils servaient pour la torture, ils s’aperçurent rapidement que ces humains (ou autre espèce capturés) pouvaient les servir aussi en tant qu’esclave.
C’est ainsi que les eldars noirs usent et abusent de leurs victimes. Mais ils les considèrent vraiment en tant qu’être vivant, les faisant souffrir exprès. Chose impossible avec un robot. Un robot ne souffre pas. Il existe bien des androïdes pouvant participer à des jeux sadiques et sexuels, mais ce n’est pas pareil, tout étant programmé.
Les eldars noirs ne gardent pas les victimes de leur pillage dans des cachots. Il est en fait incorrect de parler de prisonniers. Ses esclaves sont tout à fait libres. Ils possèdent des chambres (beaucoup moins spacieuses, il est vrai, et ils sont à cinq dans une même chambre) des vêtements et peuvent circuler comme bon leur semble, on ne les retient pas dans une pièce fermée à clé ou à champ magnétique.

"Mais alors pourquoi y a t il encore pleins d’esclaves ? " Me direz vous.

Je vous répondrais que à Commoragh, les rues sont les moins sûres de toute la galaxie. Quiconque n’est pas armé ou habitué aux dangers de ces rues ne peut espérer survivre plus de deux minutes. Les portes sont grandes ouvertes pour les esclaves, mais dès qu’ils s’échappent, ils se font attraper par une escouade de guerriers fin saoûls qui veulent s’amuser ou bien se font choper par une motojet raptor qui passait par là et dont le pilote voulait rigoler en montant très haut et vous relâchez d’encore plus haut. Il est donc quasiment impossible pour un esclave de s’enfuir et de rester en vie.

Un seul réussit cet exploit. Il devint un grand voïvode. Son nom ? Eth’Ik … Adopté par la famille ‘Ik, dont fait parti Makaviell Zadh' Ik, cet esclave fût connu pour son sens de la stratégie, ces coups bas et devint un eldar noir assez connu.


C’est le lien qui existe entre les esclaves et les eldars noirs : les esclaves servent les eldars noirs mais peuvent tenter de cesser de le faire, au péril de leur vie. Les eldars noirs ne sont pas dépendant de leurs esclaves, ils peuvent vivre sans, mais ils ont besoin d’eux pour assouvir leur soif de souffrance. Ils doivent donc faire en sorte que ces esclaves restent en vie pour pouvoir les faire souffrir le plus longtemps possible. D’où le développement de la science dans le domaine médicale et surtout dans la branche de la résistance des organismes face aux pires tortures. Les tourmenteurs devinrent les sommités de cet art et des médecins hors pairs, ayant une connaissance poussée de l’organisme de plusieurs espèces humanoïdes. Ils pouvaient retirer le cœur d’une victime en le maintenant en vie et le laisser vivre jusqu’à l’extrême limite, pour ensuite les soigner et recommencer à nouveau.

Quoi qu’il en soit, Neilerua trouva la création du Doc intéressante. Il avait déjà entendu parler d’une expérience qui avait permis de faire voir le jour à un être humain entièrement créé selon des critères prédéfinis. Cet humain parlait, bougeait, réfléchissait, possédaient toutes les caractéristiques d’un être humain.
Ce qu’il avait devant lui était autre chose. Un soldat qui ne ressentait que ce qu’on lui disait. Un être humain créé artificiellement, mais programmé. Un humain robotisé. Ce chirurgien avait réussi à créer un être aux caractéristiques physiques humaines mais au mental d’un robot. C’était fascinant. Le Doc avoua que les fonctions étaient limitées mais qu’avec du temps et d’avantages de recherches, il pourra bientôt former une armée de soldats ne craignant rien, ne ressentant rien. Des soldats obéissants aveuglément. Une armée qui avancera quoi qu’il en coûte. Effrayant. Et si fascinant.

Neilerua ne se lassa pas d’étudier le corps de ce soldat qui fixait obstinément un point imaginaire.
Il exprima d’une voix enthousiaste :


"Fascinant … Tout bonnement fascinant … Vous êtes réellement quelqu’un de génie. Réussir à créer cet être est merveilleux. Mon admiration pour vous ne cesse de croître ! "

Se tourne vers Cyborg et demande, plus enjoué que jamais :

"Mais que nous réserve la suite ? Je suis impatient de connaître les trésors que recèle votre vaisseau ! "

Il était excité et se doutait que le Cyborg gardait encore quelques surprises. Il se tint droit face à son interlocuteur et lui sourit, les mains croisées dans le dos.


Revenir en haut
Docteur Cyborg
Cyborg
Cyborg

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 82
Localisation: Dans son vaisseau
Emploi: Chirurgien
Planète d'origine: Reikist 1
Masculin

MessagePosté le: Dim 23 Mai - 19:00 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

Lieu : Centre de recherche mobile, Elmi, Elpa Minor
Date : aux alentours de 17h50
Humeur de Cyprien : Rebelle !



Cyprien rendit le sourire de Neilerua, d'une manière assez indisciplinée, il faut le dire. Il détourna son regard, et partit s'asseoir sur le bloc opératoire, laissant le soldat au regard toujours aussi fixe.

"Je vous arrête tout de suite dans votre excitation et votre impatience. La suite... Il n'y a pas de suite... pour l'instant. Nous allons d'abord nous reposer un peu. Cette marche fut épuisante non ? "

Il ria, bien qu'il n'y avait rien de drôle dans le fait de ressentir des signes de fatigue après avoir marcher quelques minutes et taillader la joue d'un humain lobotomisé. En effet, il était légèrement essoufflé. Il respira un bon coup, et repris d'une manière froide, presque irrespectueuse.

"Et puis, il n'y a pas de trésors dans mon vaisseau. Je ne suis pas un pirate ni un voleur, voyons ; je suis un médecin. Quand à lui, (il montra de son doigt de métal le pseudo-humain) mon unique but est de sauver des vies. Je ne peux donc pas vendre ce prototype humain pour de l'argent, sachant pertinemment qu'il servira à des fins malhonnêtes.
Toute ma pensée, toute mon idéologie, est basée sur le libre-arbitre. S'il n'y a plus de pensée, de réflexion, d'intelligence, s'il n'y qu'une hiérarchie qui nous embrigade, qu'un état qui nous emprisonne, qu'une éthique qui nous censure, il n'y a plus de vie.
Sur Elpa, il n'y a plus de vie. Juste des imbéciles, à l'image de celui-ci.
En vérité, je hais les imbéciles. Je hais ceux qui les conçoivent.
Je ne cherche que la liberté. C'est pourquoi tout ce qui touche à l'oppression est mauvais. Vous voyez ce prototype humain ; je le déteste. Il me dégoûte, et ne me sers à qu'à sauver des vies, en sacrifiant la sienne certes. Les parasites ne font que souiller les Libres."


Il soupira, et enleva sa chemise blanche tachée de sang, qu'il posa sur le bloc opératoire. Son torse était couvert de cicatrices et de points de sutures. Ses deux bras étaient à présent entièrement dévoilées. Ils étaient étrangement différents : le bras droit semblait plus léger et plus fin. Le bras gauche avait "l'humérus" couvert de duracier renforcé, plus lourd et plus résistant. Seulement, le reste du bras était de la même matière que le bras droit, à savoir en duranium. Ils y avaient partout des câbles, des fils ou des tuyaux qui serpentaient partout dessus. Des vis, des greffons un peu hasardeux, et bien sûr son chien, relié à lui par l'arrière de son omoplate. Celui-ci semblait comme déconnecté depuis plusieurs minutes. Sur son torse, deux sortes de cerceaux situés en bas des épaules fixaient et supportaient le poids des membres métalliques.
Pour une personne normale, l'absence de symétrie chez un être vivant choque, tellement elle est artificielle. Cyprien haïssait la symétrie, qui selon lui, correspondait à une règle obligatoire dans la morphologie naturelle. Étant particulièrement désinvolte, il aimait se soulever contre pratiquement tout et n'importe quoi.


"Je suis d'accord avec vous : les robots ne servent à rien. Il n'y a que l'Homme dans cet Univers.
Cependant, là où nous différons, c'est sur notre idéal. Vous voulez 'changer le monde'. Mais vous voulez le chaos, la destruction d'Elpa. Bien. Soit. Je hais ces imbéciles d'Elpaïens. Bien que je n'ai rien à gagner au chaos sur Elpa, cela me ferais plaisir si vous sèmeriez un peu de panique dans leurs rangs.
Toutefois, pour être totalement transparent avec vous, vous me laissez une impression d'infériorité, mais pas de stupidité profonde. Je ne vous hais pas car je ressens de l'intelligence en vous. Mais je ne vous admire pas non plus. Vous êtes en vérité en dessous de vos capacités. Je ne cherche pas votre respect ; je cherche à trouver une raison pour vous respecter.

Voilà ma requête ; elle est simple et claire : prouvez-moi que vous m'êtes égal."


Il savait pertinemment quel genre d'être qui se cachait derrière le masque de l'eldar noir. Quelqu'un de fort, quelqu'un de malin, quelqu'un de puissant. Un être destiné à faire de grandes choses. Ce que voulait Cyprien, le but de sa vie, était de fonder un monde meilleur, où la Justice régnerait.
En vérité, il ne voulait pas convaincre (et encore moins persuader) l'eldar de revenir sur le droit chemin. Il savait que c'est impossible. Un eldar noir est par nature mauvais.
Il voulait juste le mettre au défi ; cependant, selon le cyborg, Neilerua apparaitrait toujours comme un "imbécile", comme il aimait se le dire ; car après tout, c'était qu'un eldar noir.

_________________
Parfois, j'aimerais bien être un chirgurgien fou...
~ Hugar


Revenir en haut
Neilerua
Eldar noir
Eldar noir

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2009
Messages: 688
Localisation: inconnu
Emploi: Voïvode de type absent
Planète d'origine: Ys
Masculin

MessagePosté le: Sam 24 Juil - 18:57 (2010)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients Répondre en citant

Le volteface effectué par le chirurgien surpris une seconde l’eldar noir qui garda son sourire aimable. Il était habitué aux changements soudains, aux coups bas et autre tactiques utilisé lors de complots ou de simples réunions entre Cabales. Jouer double jeu, voire triple pour parvenir à ses fins, tromper l’adversaire, lui faire croire que tout est acquis pour mieux le trahir, que de souvenirs pour le voïvode rodé à ce genre cabriole verbale.
Il émanait du Doc un sentiment étrange à l’eldar noir : il se sentait important et voulait le faire savoir en prouvant que l’être en face de lui était incapable de se montrer à sa hauteur. Quel besoin de montrer sa puissance ? Le savoir c’est le pouvoir, il faut avant tout le cacher pour espérer rester en vie, c’est un adage tacite acquis pour tous les eldars noirs. Toutefois, Neilerua d’une humeur magnanime pardonna à cet humain enfiévré l’excès de mégalomanie dont il faisait preuve, après tout, ce n’était qu’une humain, il devait juste l’utiliser, rien de plus.
 

Neilerua parcourut le bloc qui baignait dans une vive lumière qui commençait à irriter les yeux de l’eldar noir, bien que ceux-ci soient fort heureusement protégés par son masque. Rien de bien intéressant, la pièce était propre, comme la plupart du vaisseau. Durant son inspection il se garda bien d’exprimer quoique ce soit concernant la requête prétentieuse du chirurgien.
 

Cet humain possédait beaucoup de talents et même plus si il en croyait ces Ombres. Mais il ne le voulait que pour une chose : soutirer des informations au gouverneur d’Elpa. Il se moquait bien du reste. Donner l’impression de s’intéresser aux projets présentés par le Doc, demeurer aimable, garder ce sourire figé sur son visage. Bien sûr, l’excitation qu’il avait eu à la vue de l’immense bibliothèque était plus que sincère, Neilerua adorait lire.
Il l’admirait pour ses connaissances mais le trouvait ennuyeux à vouloir digresser sur des sujets aussi dénué d’intérêt : la Justice, le libre-arbitre … Que d’idées humaines inventés dans le seul but de les distraire un soir de dimanche au coin du feu !
 

Il se dirigea vers la porte par où ils étaient entrés et passa devant le Cyborg encore torse nu. Enfin, ce qui lui restait de torse. L’amalgame entre le corps et la machine était fait d’une façon étrange et fascinante. Aucune symétrie ne transparaissait, choquant le sens esthétique de notre eldar noir. De multiples câbles et tuyaux serpentaient pour former les deux bras dont l’un qui se terminait par ce chien qui semblait dormir depuis peu de temps, l’eldar noir ne l’avait même pas remarqué, ne portant que peu d’attention à cet animal de compagnie. Les cicatrices du Doc n’intéressèrent que peu Neilerua, ne se révélant pas des blessures de guerres mais bien les stigmates d’opérations opérées sur lui-même. L’eldar noir fut tenté de ranger le Cyborg dans la catégorie des Gorgones.

__/\__ 
 
Les eldars noirs aiment plus que tout faire souffrir. Mais certains sont si obsédés par ce besoin de douleur qu’ils se mutilent le corps. On les appelle des Gorgones. D’autres sont le fruit malheureux des expériences des tourmenteurs, mêlant chair et métal sur un même corps, produisant un monstre immonde et difforme mais ne très endurant. Ces êtres sont méprisés par les eldars noirs, bien qu’appartenant à leur race, car les Gorgones valent autant qu’un esclave. Leur esprit est totalement dénué d’intelligence et ils doivent absolument être accompagnés d’un tourmenteur pour qu’il les guide dans la bataille. Lorsqu’il n’y a pas de combat, on les garde enfermé dans un cachot. Mais il n’est pas rare d’en voir errer dans les réseaux de circulations de Commoragh, sans aucun but précis, attaquant sans raison les passants ou se faisant tuer sans tout autre raison.  
 
__/\__
 

Cependant, le Doc n’était pas stupide, loin de là. Certes il s’était lui-même torturé le corps, mais pour en faire une œuvre à part, non pas pour ressentir de la souffrance.
Neilerua garda un regard vague sur tout ceci et demanda d’un ton neutre en désignant la porte, ignorant superbement la question du chirurgien :
 

"Nous y allons ?"
 

L’audace lui avait toujours paru une marque de vivacité d’esprit et une preuve des capacités d’un être. Intérieurement, la réponse au Cyborg était simple :
 

*Nous ne serons jamais égal, car nous ne travaillons pas sur le même niveau, nous n’évoluons pas sur le même plan. Je suis dans ma sphère de légende et de pillage, vous êtes dans votre sphère de désir d’évolution et de liberté. *
 

La liberté, une utopie bien humaine. Si tout le monde était libre, le monde sombrerait dans le chaos bien plus vite que s’il possédait toutes les Lames Noires.
Il se contenta d’un sourire et d’une légère courbette pour siffler d’une voix doucereuse :
 

"Je ne vous demande qu’humblement votre aide précieuse car je ne possède pas les capacités nécessaires pour parvenir à mes dessins. Nous n’avons pas le même but, mais ils se croisent, autant en profiter, n’est ce pas ? Cela serait navrant de gâcher une telle occasion."
 

Il se releva doucement et afficha un sourire moqueur.
 

*Et puis, j’ai toujours mon vieil ami tourmenteur qui acceptera bien de faire le travail que je demande à ce chirurgien pour moins que cela. *
 

Il faut toujours avoir une solution de rechange et ne pas miser que sur une motojet raptor, il ne l’avait que trop appris dans ses tournées des bars de Commoragh.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:03 (2017)    Sujet du message: Des patients plutôt impatients

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Steam Machine Index du Forum -> Système galactique Elpaïen -> Elpa Minor -> Le Poochi Galactika Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com