Steam Machine Index du Forum
 
 
 
Steam Machine Index du ForumSteam-Machine.netFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Comment s'occuper pendant un voyage intergalactique ?

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Steam Machine Index du Forum -> Système galactique Reikistien -> Reikist IV
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 30 Aoû - 18:06 (2010)    Sujet du message: Comment s'occuper pendant un voyage intergalactique ? Répondre en citant

Allongé sur la couchette de sa cabine, Devon regardait le plafond. Il ne l'avait pas laissé vide bien longtemps, et s'était empressé d'y patafixer un poster d'une pin up quasi nue jouant de l'ukulele. Bon de temps en temps il se décollait et lui tombait sur la gueule, et fatalement ça n'arrivait que quand il dormait, mais c'était le genre de détail qui faisait qu'il se sentait bien. Malheureusement ce n'était pas le seul. Depuis que Nei lui avait susurré qu'il avait l'autorisation d'aller se servir dans les cales, Devon en usait allègrement. Comme il avait du mal à conserver un cycle jour/nuit dans l'espace, il passait le plus clair de son temps à errer comme un rat à bord du vaisseau et à prendre tout ce qu'il lui semblait utile, sympa ou même joli. Qu'importe l'heure, on pouvait le trouver en train de ramener à sa cabine un tas de cartons remplis de pièces détachés et d'autres trucs pas du tout indispensable dans la fabrication de pantins, comme des clopes, une télé, des bières et bien sur une glacière sinon ça ne servait à rien ^^  Et e plus beau dans tout ça, c'est qu'il avait beau faire son fennec, comme il était sous la protection de Nei, on lui foutait une paix royale. Et ça c'était le kiff.
Allongé dans son pieux, Babette endormi à côté de lui, à mater les fesses de la joueuse de ukulele qui en perdait son pagne, il essayait d'oublier Miyu. Pas simple, mais il espérait noyer son mal d'amour autrement. Il claqua des doigts et se releva sur ses coudes, cherchant apparemment quelque chose du regard au milieu du bordel qu'il avait méthodiquement amassé. En fait je crois que Devon a la malheur de souffrir d'une sorte d'anti claustrophobie. Il n'est pas très à l'aise dans les espaces grands, et surtout vides. D'où son besoin de remplir tout cet espace inutile d'un tas de trucs plus inutiles encore, juste histoire de se sentir moins seul. Et puis peut être aussi pour que son environnement proche ressemble à sa façon de construire ses pensées, mais nous n'allons pas nous aplanir plus longtemps là dessus.
^^
Il s'assit en tailleur, en prenant garde à ne pas réveiller le bébé qui comme son papounet avait pris la sale habitude de dormir en étoile de mer sur le ventre. Devon claqua à nouveau dans ses doigts, apparemment inquiet de ne pas avoir de réaction.Il sentait son système, celui de Babette... putain il en manquait un. Il frissonna. Ça y est il l'avait sentit. Derrière la télé, c'était surement cette énorme plaque de tôle qui devait la recouvrir. Son système était encore imparfait, et parfois il avait du mal à la sentir. Il sourit et se détendit. La plaque bougea légèrement et sortant de derrière on aperçu une minuscule bouille qui s'extirpait du bordel. C'était certainement la plus petite poupée que Devon conçu. Une trentaine de centimètre tout au plus. Rien à voir avec Sedna et son corps sculptural de 2m et ses 100 kilo... Celle ci il l'avait voulu légère, petite et maniable. Bon c'était encore un prototype et il avait du mal avec ses nerfs artificiels. Beaucoup de retouches en perspective. Elle s'approcha de la couchette sur ses petites pattes bien pratiques. Elle était sveltes et gracile depuis qu'il avait trouvé ingénieuse l'idée de la pourvoir d'une queue inspirée de celle des rats. Depuis il se demandait pourquoi les hommes n'avaient jamais pensés à s'en faire faire des bioniques, l'agilité qu'avait gagnée sa poupée était prodigieuse en comparaison à ses anciennes créations. Pour faire raccord il lui avait ajouté des oreilles et s'était cassé le fion pour inventer un mécanisme qui lui permette de les bouger. Ça lui faisait une bouille trop mignon, et même si au fond ça faisait un peu pervers, il s'en foutait royalement. La poupée continuait d'avancer vers le lit, sa queue ondulant comme un balancier. Devon admirait sa création, pas peu fier de lui. Évidement elle n'était pas pour Nei, mais ça il n'en saurait jamais rien. Il tendit les mains et l'attrapa pour l'assoir sur l'oreiller. Son corps entièrement nu brillait d'un éclat orangé sous la lumière artificielle. Il l'avait fait entièrement en cuivre. Pourquoi ce choix ? Déjà parce que c'était joli, mais surtout parce qu'il avait trouvé comment avoir accès à la plomberie des douches des officiers bien avant d'avoir découvert la réserve de tôle. La fuite monstre qu'il avait provoqué avait elle été d'ailleurs été réglée à ce propos ? Il réfléchit. Aucune idée, il n'avait pas mis les pieds dans la salle de bain depuis ce jour là. Bon je vous rassure ça ne faisait en tout que deux jours, mais dans l'espace le temps passe tellement plus lentement quand on s'emmerde.
Devon caressa les cheveux de sa créature qui faisait placidement ses exercices de type ouvrir les mains, compter sur ses doigts etc. En temps que fétichise grand amateur des chevelures de femmes, il en avait cherché une particulièrement belle pour sa poupée. Et contrairement à son habitude il n'avait pas utilisé la violence pour l'obtenir. Son fan club de succubes se faisant de plus en plus conséquent, il n'avait eu qu'à demander à une de ses groupies de bien vouloir couper sa crinière sous les oreilles. Ça lui faisait une petite coupe garçonne très mignonne et la mode se répandit comme une trainée de poudre dans toute la communauté succube.
Devon attrapa son portable qui s'était vilement planqué sous les draps défaits, et regarda son fond d'écran. Il soupira, putain ce qu'elle était belle. Il regarda à présent la poupée et la compara à la photo de Miyu. Un fin sourire se dessina sur son visage. Identiques. Hormis les oreilles bien sur, mais ça ça tenait du fantasme. Mais il avait fait attention aux moindres détails de son visage, à défaut de son corps dont il ignorait tout. Là dessus il lui avait inventé des hanches certainement plus larges et une poitrine plus menue qu'en vérité, mais ça c'était une simple question de gout. Mais sinon tout le reste était bon, cette chevelure châtain clair, légèrement ambrée, ses pommettes tendres et sa petites bouche pincée de bourgeoise.
Ses lèvres s'étirèrent dans un sourire béat.


"Vas y dit le. Pour papa..."

Sa petite bouille cuivrée pris une expression vaguement intrigué, ses oreilles se baissèrent et ses lèvres s'entrouvrirent façon prune.

"Mew ?"

Il se sentit rougir et rigola bêtement.

"Ah putain... Trop mignon..."

Il l'attrapa et la serra dans ses bras. S'il se mettait dans des états pareil avec un bidule qu'il avait crée, qu'est ce qu'il se passerait si la vrai Miyu en chaire et en os gonflait ses lèvres pour imiter un pokemon de même nom ? Seigneur, la gaule du siècle en perspective... La poupée toujours dans ses bras, il se leva délicatement du lit et alla s'assoir dans un coin de la cabine, posa la marionnette par terre et farfouilla dans un carton de truc. Un succube un peu plus téméraire que les autres lui avait envoyé son string en fine dentelle rouge. Il l'avait au départ affiché en trophée au dessus de son lit, puis trouvant la matière sympa et douce, il l'avait découpé en priant le ciel d'avoir assez de tissus pour faire un petit quelque chose pour sa Mew chérie. Au final était sortit après des heures de couture, un espèce de robe indécente qui tenait plus de la nuisette qu'autre chose. En même temps que voulez vous, elle porterait des shorty comme tout le monde, il aurait pus lui faire que sais je, une traine. Et attrapa la robe et la donna à Mew pour qu'elle la mette elle même. Mais elle avait un peu de mal à synchroniser ses deux bras et il finit par l'aider à passer la tête sans se coincer les cheveux dans l'élastique qui maintenait le tout en place. Fier de lui, il se décida de se mettre enfin au boulot que lui avait confié Nei pendant le voyage, c'est à dire de fabriquer des poupées pour pervers. Une de faite me direz vous, ou mais celle ci est privative ^^ et il n'avait pas du tout l'intention de s'en séparer. Ni de la détruire, comme les autres. Pour les plans il avait pompé de tête sur ce qu'il avait fait pour les danseuses de la poupée mécanique, mais en moins bien, manque de temps et de moyen oblige. Devon se glissa sous le lit à la recherche d'un carton à dessin dans lequel il rangeait ses plans, les regarda en diagonale, et finalement décida d'y aller au feeling. Ça le gavait cette idée d'être obligé de produire quelque chose avant une date butoir, et ça le coupait dans ses inspirations.
Devon farfouilla dans sa poche de son bleu de travaille qu'il avait, ça aussi, réussit à taxer dans le vestiaire des mécano. Il avait eu le choix entre bleu tout simple et noir avec un tas de bidules dorés brodés sur les épaules, très eldar quoi. Et pour changer un peu les habitudes, il avait choisi de prendre celui qui sortait du lot sans imaginer laisser le contremaitre dans la merde. Depuis ce vêtement ne le quittait plus tellement il le trouvait cool et pratique. Et sortit un talky walky d'une des poches sur la cuisse et appela jusqu'à ce qu'un voix féminine délicieusement timide lui réponde.

"Malia chérie ? Tu peux venir t'occuper de mon monstre ? Non pas celui auquel tu pense, vilaine coquine. Allez viens chercher Babette, j'ai besoin de bosser et je peux pas l'avoir dans les pattes. Emmène là ou ça te chante, je m'en fout tant qu'il ne lui arrive rien. Et magne toi le fion."

Sur ce il rangea cette délicieuse trouvaille qui lui avait semblé indispensable à sa survie dans ce vaisseau moisi. En attendant celle qui était devenu à son insu son esclave personnelle, il défit les manches de son bleu qu'il avait noué à sa ceinture, et les enfila. Sa petite poupée était assise en tailleur par terre, glandant de toute évidence ouvertement, et cette attitude de nonchalance lui valut un mot se son maitre.

"Mew mon ange, rend toi utile et va me chercher mes gants et mon masque. Je ne les vois pas d'ici."

Et immédiatement il ferme les yeux, comme ça il percevait parfaitement bien par ceux de sa création. Grace à son agilité, Mew se faufila sous un tas de pièces métalliques et chercha. Se frayer un chemin dans la chambre n'était pas simple mais bizarrement les choses furent plutôt simple à trouver. Les gants derrière la glacière remplit de bière, et le masque pas loin des baguettes de soudure qui trainaient au fond d'un boite. Immédiatement Devon ouvrit les yeux et alla la chercher, elle et ses affaires. Il enfila ses gants et balança la boite contenant son masque sur le lit, puis commença à manipuler la tôle qu'il avait sous les yeux. C'était l'ébauche d'un buste. Il tendit les bras pour l'examiner de loin. Encore un peu de boulot sur la poitrine et les cotes et c'était bon, il n'allait pas s'appesantir là dessus pendant des plombes. Doucement une main timide frappa à la porte et il posa la tôle sur la paire de tréteaux qui lui servait de plan de travail. Il gueula à Malia d'entrer, ce qui fatalement réveilla Babette en sursaut, pauvre enfant qui se mit à gueuler à pleins poumons.

"C'est malin, dès que t'arrive elle chiale. Bon embarque là et tirez vous, ça me vrille les oreilles."

L'esclave à demi nue prit l'enfant dans ses bras, son sac presque deux fois plus lourd que le bébé lui même et sortit rapidement en claquant la porte.

"Et je veux pas vous revoir avant plusieurs heures !"

Depuis qu'il s'était lancé dans la conception de Mew poupée, qui elle lui parlait, se laissait prendre dans les bras et dormait sagement contre lui, il délaissait violemment Élisabeth. A côté d'elle sa poupée même imparfaite car souffrant encore que quelques défauts de coordination, était un ange de beauté, de grace et de tout ce qui va avec. C'était sa complice en tout, comme il aurait aimé que Miyu le soit, alors que ce bébé pleurnichard n'apparaissait à présent que comme un boulet à ses yeux. Et se retourna et aperçu Mew qui était assise à côté d'un radio cassette et tentait d'appuyer sur lecture. Devon sourit, s'approcha d'elle et la serra contre lui.

"T'es adorable..."

Et sur ce il cessa de la controler, l'allongea entre les draps et embrassa son front. Puis il appuya lui même sur play et Scorpion crachotta Rock you like an hurricane dans les haut parleurs merdeux. Il attrapa son masque, ouvrit la bouteille de propane et c'est partit mon kiki ! Rock n roooooll !!


_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Aoû - 18:06 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Steam Machine Index du Forum -> Système galactique Reikistien -> Reikist IV Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com