Steam Machine Index du Forum
 
 
 
Steam Machine Index du ForumSteam-Machine.netFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La marchande de Prunes
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Steam Machine Index du Forum -> Système galactique Elpaïen -> Elpa Major -> Capitale : Elma -> Le Globe Rouge
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 9 Fév - 11:08 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant



Au moment où elle le fit entrer il ne pu s'empêcher lui aussi de laisser échapper un râle. Sa tête s'inclina en arrière et l'espace d'une seconde il ne put garder les yeux ouverts. Son coeur battait de plus en plus fort, et si lui pouvait le sentir à sa tempe, nul doute qu'elle le ressentait certainement à l'autre extrémité. Ses mains n'étaient pas encore les mains fébriles d'après l'amour, quand la fatigue tombe d'un coup, que les garçons s'endorment comme des pierres et que les filles ont des crampes aux cuisses. (Malchanceuses les filles qui se tapent les deux) Devon était encore loin de cet état qui fait sourire et penser "Faut vraiment qu'on fasse ça plus souvent... Mais euh pas tout de suite, là j'en peux plus.". Il était encore dans l'action, incapable de mesurer sa force, incapable de ressentir de la douleur, seulement de l'excitation, alors qu'à froid la moindre morsure l'aurait fait pleurer comme une fillette. Ses mains maintenant ses hanches, il accentuait son mouvement. Elle ondulait comme un serpent sur la queue, et quand parfois elle se baissait, il avait sa poitrine si près du visage qu'il mourrait d'envie de se jeter dedans. Plus que ce quelle lui faisait, c'était la regarder qui le faisait grimper. Ses boucles et ses tétons qui sautillent, ses hanches larges entre ses mains, ses fesses brulantes contre ses cuisses et puis sa chatte bordel de merde ! Je retire ce que j'ai dit, ce qu'elle lui faisait était exceptionnel ! Tellement qu'il se sentait au pied du mur, incapable de de faire autre chose de de laisser la main et d'admirer le maitre en action. Cette fille avait des millénaires de pratique, et devant cela il se sentait comme un gros puceau. Mais dans le fond ce n'était pas plus mal car ça lui empêchait de faire de la merde en essayant d'appliquer des trucs de gars que sois disant "les filles aiment, c'est obligés". Comme le principe de l'endurance, c'est absolument n'importe quoi, et les hommes comparent leur hightscores comme des connards, sans même réfléchi que comme pour tout les filles aiment l’efficacité. Sérieux qui aime se faire ramoner la moule pendant trois quart d'heure ? Même dans les porno ils font des pauses café. Alors vite fait bien, on vous en supplie. Au moins Devon n'allait pas tenter ses nouveaux conseils de comptoir, pour le plus grand plaisir de la flore vaginal de notre belle Edena.

Quand même... on ne change pas en un jour. Il tenta de se retenir de jouir environ... allez 15 secondes soyons gentil. Mais même s'il voyait ça comme un fail de sa virilité, comment aurait il pu être davantage frigide avec ce qu'elle lui faisait là maintenant ? Quoi de plus normal, on est pas éjaculateur précoce pour autant. Bien sur s'il avait ruiné son froc quand elle lui avait dit bonjour, là il y aurait eu comme un problème. Mais sérieux à un moment il faut savoir relâcher la sauce.

Ce qui immanquablement se produisit.
Ses abdos se contractèrent, il poussa un râle à peine retenu, maintenit la contraction quelques secondes, et s'effondra comme une méduse dans son oreiller. Sa respiration haletante commença lentement à retrouver un cour normal et il profita qu'elle s'était penché vers lui pour l'embrasser à pleine bouche.

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Fév - 11:08 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Jeu 8 Mar - 22:12 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant


A ça pour sur, elle savait y faire la petite !! et elle aimait ça par-dessus le marché…
Pendant que son corps exécutait sans réfléchir une danse sexuelle et enivrante, Edena ne pensait plus à rien, hormis au plaisir qu’elle éprouvait. Son clito stimulé par les frottements du au va et vient de plus en plus fort et rapide, la position qui lui faisait sentir la queue de son amant au plus profond de son être, sa sensation de sa peaux contre la sienne. Autant de choses qui peuvent rendre une femme heureuse. Et heureuse…la jeune femme l’était. L’amour est toujours plus fort et sensible lorsque les sentiments sont sincères et tout neuf !!


Bien sur, ce fut relativement rapide, mais la jeune femme avait eut son compte (en tout cas pour le moment… ). Elle était compréhensive et savait parfaitement qu’il y aurait sans nuls doutes une suite à tout cela. Elle s’allongea sur le corps de jeune homme, profitant de ces quelques instants où il était encore en elle et une fois que ce dernier lui eut roulé une bonne galoche, elle avançât son visage et lui susurra à l’oreille un « je t’aime » à peine audible. Reprenant sa respiration, elle sentit les battements de son cœur ralentir doucement et écouta ceux de l’homme qu’elle tenait encore entre ses cuisses. Mais puisqu’il faut bien à un moment ou à un autre aller jeter copain capote, elle se retira avec lenteur, puis s’allongea sur le lit, tirant les draps sur son corps tremblotant.


Allongée à le regarder…elle fit ce que toutes les femmes font lorsqu’elle rencontre un homme et en tombe amoureuse…elles se posent des questions. Des tas de questions toutes plus folles les une que les autres, des questions qui feraient exploser le cerveau d’un homme.
Ça donnait un truc un peu comme ça :


*Putain qu’est ce qui m’arrive ??!! Pas de panique cocote t’es juste amoureuse kyaaaaaaaaaa ! …putain amoureuse merde c’est la merde !!!! Non ça va respire, il est fun et il a une conception originale de la coiffure il est mignon avec ses petits yeux …et puis il est pas mauvais au lit !! Tiens est ce que j’ai pensé à acheter des croquettes ? et s’il veut pas venir sur Ys qu’est ce que je fais !! Les amours à distances c’est de la merde >.< mais je veux pas c’est trop cooooool !!!!! Et s’il me trouve trop snob ou qu’il découvre ma collection de licorne !! Il va se foutre de ma gueule T.T bon je demande à papa de tout cramer dès demain…NOOOOOOOOn pas mes peluches de licoooooornes !!!! Et merde j’ai oublié de remettre le lait au frigo…etc.*


Et pendant que tout ça bouillonnait dans sa tête, elle affichait le plus beaux des sourires.  Son visage était serein et la respiration calme, elle semblait sereine, bienheureuse…et de fait, elle l’était vraiment.



Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Ven 9 Mar - 09:23 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Il laissa échapper un soupire quand elle le fit sortir. Oui, visiblement il sentait encore son corps même si l'impression générale allait à la tête lourde et aux membres engourdit. Elle le laissa tout seul avec la tâche ingrate de s'occuper de sa capote, et s'enroula en nem dans les draps avant de se blottir contre lui. Armé de toute sa volonté appesantit par la flemme, il se redressa et entreprit d'enlever la chose rose et gluante avec un geste chargé de gène et de dégout. Ses mains tremblait et il du s'y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à faire un noeux convenable. Il chercha des yeux l'emballage qui s'était retrouvé par terre, et avec un râle de douleur et de désespoir il entreprit d'étendre son bras au maximum pour l'attraper, tout en essayant de déplacer son cul le moins possible. Il était devenu très fort à cela, entre toutes les fois où il essayait d'attraper son portable ou sa bière sans avoir à se lever du canapé. La plupart du temps Hugar restait méditatif et silencieux en observant ces abérantes manifestations de flemme.

Devon réussit néanmoins à attraper l'emballage de capote du bout des doigts, la fourra dedans et la posa sur la tablette en se promettant d'aller jeter ça à une heure plus décente (promesse qu'il avait souvent tendance à oublier). Il se laissa tomber dans l'oreiller, comme si ses dernières forces venaient de partir dans un exploit héroïque. Il crevait de chaud et laissa le drap bien volontiers à Edena. De toute façon même s'il avait voulu s'en recouvrir il aurait eu du mal à tirer ne serait que quelques centimètres. Il prit la belle contre sa poitrine, toute roulée en boule et emmailloté dans son drap.
Il se sentit un peu macho men à cet instant, et ne pu s’empêcher de l'embrasser sur front l'air de dire "bon boulot poupée". Cependant il ne se permit pas ce genre de réflexion à voix haute.

A vrai dire, contrairement à Edena en cet instant il était incapable de la moindre pensée construite. Vous vous demandez souvent à quoi pensent les hommes après l'amour ? Cette question vous dévore au point d'acheter tout les cosmos qui titrent cette incroyable interrogation métaphysique sur leur une ? Et bien arrêtez de vous creuser la tête (et de dépenser vos tunnes) les hommes ne pensent à rien. Déjà parce que la plupart du temps ils ont un peu du mal, et aussi parce qu'après l'amour ils ont juste envie de dormir. Le temps de la vantardise arrivera bien plus tard.

Il ne s'attendait pas à ce qu'Edena se mette à lui faire la conversation, et si cela arrivait il serait surpris mais lutterai de toute sa bonne volonté pour réussir à aligner des mots selon une organisation cohérente jusqu'à ce que Morphée le prenne violemment et qu'il ne puisse y résister.   

_________________


Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Sam 24 Mar - 01:48 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Les deux tourtereaux finirent bien sur par s'endormir comme deux bienheureux, l'un avec la tête  vide et l'autre avec l'esprit bien plein de questions et de réflexions. Edena garda longuement les yeux ouverts, pour se rendre compte de ce qui lui était arrivé. Elle finit par les fermer en pensant qu'il devait être une heure déjà assez avancée et que dans peu de temps il lui faudrait retourner bosser. Cette perspective ne l'enchanta guère, pas qu'elle n'aimait pas son travail, mais elle n'avait pas du tout envie de quitter la chaleur des bras de l'homme avec qui elle passait la nuit. Le battement du coeur du jeune homme la berça, et elle finit par s'endormir d'un sommeil profond. 


Son souffle était calme et profond. La jeune femme avait une particularité qui en aurait attendrit plus d'un, elle souriait en dormant. Et cette nuit (enfin ce qu'il en reste), c'était un sourire particulièrement beau et radieux qui illuminait ses traits.


Peu de temps après (car ils s'étaient endormis vraiment tard), lorsque la lumière du jour vint doucement caresser les murs de la chambre, Edena rouvrit les yeux. Elle avait la tête dans le pâté  et aurait bien dormit deux jours de plus. La jeune femme se sentait encore crevée par ses émotions de la veille, mais elle n'éprouvait plus le besoin de dormir. Elle referma les yeux quelques minutes, pour bien profiter de cette sensation d'engourdissement qu'on éprouve au réveil, quand tous nos membres reprennent tout doucement de l'activité, quand notre cerveau quitte le mode veille et qu'on recommence à ressentir quelques besoins naturels. Tout en remontant la couverture jusqu'à son nez, elle laissa ses jambes sortir des draps.
C'était une habitude qu'elle avait depuis bien longtemps, elle détestait se sentir enfermée et à la fois adorait s'enrouler dans un tas de couettes et se faire un cocon. Ça devait être un peu ridicule mais assez mignon malgré tout...
Lorsque la fatigue l'eut parfaitement quitté, elle ouvrit enfin les yeux et tomba face à face avec le visage de Devon roupillant comme un loir. Elle ne put s'empêcher de sourire et de lui trouver un certain charme, même s'il n'était pas le prince charmant avec son brushing d'enfer. Son visage était calme, ses traits détendus. Il ne faisait aucune mimique. ET en cet instant, il lui apparut comme vraiment beau.
Sans un bruit, elle déposa un baiser sur sa joue, puis après quelques autres minutes à le regarder, elle le laissa se reposer et sortit du lit sans faire un bruit. Elle attrapa un peignoir dans la salle de bain, le passa sans l'attacher et descendit à l'étage inférieur. 
(merde jme souviens plus comment jlai appelé le chien -_-' )
Sa chienne vint l’accueillir avec joie et entrain à coup de jappements et de léchouilles. Elle se dirigea ensuite vers la cuisine pour lui donner sa pâté du matin et pour préparer le petit dèj, qui risquait d'être assez sommaire. Bien qu'assez bonne cuisinière, Edena refusait de cuisiner des produits d'elpa et aller les trois quart du temps bouffer dans des restaus tenu par des amis Yssiens.
Une fois le thé fait, le pain grillé et tartiné avec la bonne confiture à la fraise envoyée par mamounette et deux bols accompagnés de spécial K fruits rouges, la jeune femme remonta à l'étage avec super toutou sur les talons pour aller réveiller la marmotte tout doucement.


Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 27 Mar - 14:19 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Il était assez difficile de comprendre pourquoi la première pensée d'Edena en le voyant au réveil, avait été de le trouver beau. C'était donc ça le pouvoir de l'amour ?

Certes, il pouvait dans certains moments paraitre beau, mais au réveil il n'était pas facile pour lui de ne pas apparaitre sous son jour le plus ingrat. Dans un sens, il tenait au moins quelque chose de Kaomiru.
Il se réveillait pratiquement tout le temps sur le ventre, et ce quelque soit la position dans laquelle il s'était endormi au préalable. Il n'était donc pas des plus glorieux de voir ce pauvre homme nu comme la nature l'avait fait, allongé en étoile de mer, son bras engourdit dépassant du matelas et le visage couvert de marque de plis, macérant dans son oreiller bavouilleux.

En entendant Edena revenir dans la chambre il commença à gigoter et à se faire violence pour se réveiller. Déjà qu'en temps normal il n'avait pas spécialement une allure héroïque au réveil, là pour le coup c'était complètement raté. Il se retourna sur le côté avec toute la peine du monde, chouinant en sentant des fourmis dans son bras endolori. Il passa son autre main sur son visage. Ses yeux étaient bouffit de cernes dû au manque de sommeil, et une vilaine gueule de bois lui martelait le front.
Devon releva ses yeux mi clos dans la direction d'Edena et il lui fallut un petit moment de douloureuse réflexion avant de réaliser où il était, et son visage de se fendre en un large sourire idiot.


"Salut..."

Un peu revigoré par le souvenir de la veille. Il s'assit en tailleur sur son cul, se recouvrit puis aplanit les draps pour qu'elle puisse poser son plateau. C'était absolument hallucinant, elle lui avait préparé du thé et des tartines. Sérieux ? Combien de femmes lui avaient déjà fait ça ? Même Hug qui était un bonne pâte se contentait de lui laisser un fond de café froid dans la cafetière. En même temps si on ne fait pas ces choses là le premier matin, quant est ce qu'on les fait ? Bien sur il lui aurait fait surement pareil. Ou alors il se serait contenté de la regarder dormir en lui tripotant les seins... Non il ne faut pas penser des choses comme ça >< ça la fout vraiment mal ! Oui bien sur qu'il lui aurait préparé quelque chose, même si s'orienter dans une cuisine qu'on ne connait pas implique de passer 1h à ouvrir tout les placards.
En fait maintenant qu'il y pensait, il n'avait jamais eu à tartiner pour quelqu'un. Babette bouffait du nutella avec ses doigts et prenait un malin plaisir à émietter les biscottes, ce qui évidement faisait un genre de nutella pané.

D'ailleurs c'était pas un peu dangereux de manger dans le lit ? Bien sur il le faisait lui même très souvent, et il savait très bien le kiff que c'était de dormir dans des draps recouvert d'un mélange de miettes, de sueur, de bière, de sauce BBQ, de nutella, de vomi de lait et de fluides masculins...
En fait pratiquement tout (c'est à dire en dehors des fluides masculins et de la BBQ) était de la faute de cette satané morveuse... S'il voulait que les draps d'Edena restent toujours aussi doux et propres il allait devoir se résoudre à abandonner son lardon dans sa poussette au bord de l'autoroute.
La chienne le regarda d'un air jovial qui lui laissa entendre qu'elle risquait d'avoir envie de sauter sur le lit d'un instant à l'autre. Il remonta autant que possible les draps sur lui. Ça ne le gênait pas spécialement d'accueillir un clébard dans son lit, il dormait avec bien pire, et bien plus salissant. Non c'était plutôt le fait d'être tout nu devant la chienne qui lui posait un problème, allez savoir pourquoi. Peut être qu'il se disait que si elle lui sautait dessus alors qu'il était à poil ça impliquerait qu'ils se touchent, et se frotter contre une bestiole ne lui semblait pas, mais alors pas du tout normal. ><

En remontant le drap aussi haut que possible comme la plus chaste des pucelles, il se surpris à regarder Edena en rougissant. Qu'est ce qu'il allait lui dire maintenant ? Le charme de la veille avait comme disparu et il ne savait plus trop quoi faire. Il aurait cependant été idiot de sa part de prendre ses chaussures et de se tirer, car il savait que tout ce qu'il lui avait déclaré n'était pas du flan.

Mais quand même... La situation était embarrassante ^^' Hug allait encore le traiter de trainée pour avoir couché le premier soir, ce que lui par contre assumait parfaitement.

Devon baissa les yeux vers le plateau. Tout était mignon et tellement elle. Le thé vert fumant dans des mugs de nana, des tartines alignées sur une assiette et deux bols dépareillés avec des genres de corn flakes tout sec dedans... Oh mon dieu mais se sont des framboises ! La vache c'était donc ça le manger des filles ?


Il afficha un sourire sincère quant elle s'assit à ses côtés.

"Merci, tu n'étais pas obligé... Tu as bien dormi ?"

Difficile de lui avouer qu'il souffrait d'une sacrée gueule de bois à cause son satané alcool maison. Pourtant l'effet eau de vie de chez maman devait être parfaitement lisible sur son visage blafard et dans son ton pâteux.
_________________


Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 15 Avr - 22:59 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Edena ne fit pas du tout attention au teint pâle de Devon, sans quoi elle lui aurait tout de suite proposé un truc pour soulager sa gueule de bois, mais la belle avait la tête ailleurs, comme c'était souvent le cas et se contenta donc de poser son adorable popotin au bout du lit, laissant ainsi le plateau entre eux deux de façon à ce qu'ils puissent l'un comme l'autre y accéder facilement. Cala s’assit au pieds du lit et les regarda avec l'air de dire "faites moi des câlins je suis mignonne et je ressemble à un gros nounours". La jeune femme se pencha pour lui faire un gros poutou et reporta ensuite son attention vers le plateau. Elle tendit la main pour attraper son bol de céréales et en en prit une cuillère. Ce fut donc la bouche pleine de trucs bizarres, déshydratés  mais curieusement assez bon et addictif qu'elle répondit au jeune homme.


"Mmmmm...euh...vi che crois..."


Crunch crunch crunch.


"Mais me chouviens pas de quoi chai rêvé..."


Alors okay c'est pas bien poli de parler la bouche pleine, mais on est tous d'accord sur le fait que c'est juste parce que c'est trop dégueux de voir la bouffe réduite en bouillie infâme dans la bouche de ton interlocuteur, et qu'en plus tu comprends rien à ce qu'il baragouine.  Mais lorsqu'on est sex comme Edena, le fait de manger la bouche pleine devient juste assez mignon grâce à son plus grand pouvoir : "avoir toujours la classe".


"Ah au fait je manque à tous mes devoirs, j'ai oublié de faire les présentations, Devon voici Cala, ma chienne. Tu verras elle est gentille comme tout."


Et se tournant vers la boule de poils (blancs) elle ajouta:


"Ma chérie je te présente Devon, tu vas devoir t'habituer à lui, il risque d'être de plus en plus présent prochainement !!"


L'histoire ne dit pas si le toutou était doué d'une intelligence supérieure ou pas, s'il comprit les paroles de sa maîtresse ou pas, ni même s'il préférait les croquettes ou la pâté mais une chose et sure c'est qu'elle donna une bonne grosse léchouille bien baveuse sur la joue douce et rose d'Edena. 


"Bon j'ai plus qu'à aller prendre une douche maintenant."





Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Sam 21 Avr - 15:54 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Musique : http://www.youtube.com/watch?v=6usNr2zhI94

Devon jeta un coup d'oeil rapide à la chienne affalée au pied du lit, et entreprit de souffler sur son thé. Il écoutait vaguement ce que racontait Edena, ses seules pensées étaient tournées vers sa bouche pâteuse et sa déshydratation imminente. Il savait que c'était brulant, mais il avait tellement soif... D'ailleurs on ne saurait dire s'il s'étouffa à cause du thé trop chaud ou d'Edena qui rappelait à son clébard que le gentil monsieur allait maintenant faire partit de la maison et ne plus JAMAIS  partir *w* Bon en réalité il s'étouffa pour un peu des deux, et immédiatement son imagination embrumée se mit à le faire flipper. Il tenait à elle extrêmement fort, mais n'avait jamais envisagé de devenir monsieur Shäakhespeär... Soit dit en passant il avait déjà du mal à signer alors si en plus on lui collait un nom de trente lettres... Nan c'est surtout le fait de voir s'installer une routine qui l'angoissait. Il commençait à ressentir une sale trouille lui serrer le ventre, et Dieu sait si c'était uniquement de l'angoisse ou si ces petites saloperies de céréales tout sec ne lui flinguait pas les boyaux. Il avait ressentit la même chose quand Hélène était enceinte, et son soulagement de ne plus jamais avoir à affronter la solitude était noyé sous des tonnes de flip. C'était paradoxal, être toujours entouré et ne jamais avoir à dépendre de quelqu'un. La liberté absolu était son idéal, et la solitude sa hantise. Dans un sens les poupées avaient été le meilleur compromis, mais maintenant qu'il était épinglé par l'amour il ne pouvait plus prendre ses pompes à la main et s'enfuir à oualpé par l'escalier...

Quoique...


"Ok, fait comme tu veux."

Il ignora sa déception et plongea ses yeux morts de honte sur sa tasse. Bien sur qu'elle lui tendait la perche pour qu'il l'accompagne sous la douche. C'était évident, c'était même plus de l'invitation sous entendu... Elle aurait carrément pu lui envoyer les faire part, sortir les banderoles et les trompettes. C'était d'ailleurs un fait exceptionnel qu'une fille montre autant d'acharnement pour le sauter, à part Hugar bien sur. Disons qu'en général il était plus souvent harceleur qu'harcelé. Rien que pour ça elle aurait mérité un ptit coup d'bite, voir les portes du ciel. Elle n'insista pas plus et il en fut soulagé. Il crevait de honte car il savait que ce n'était en rien un stratagème nul pour se faire désirer.
Dès qu'elle fut sortit de la chambre il plongea son visage dans ses mains et sentit un frisson d'angoisse lui parcourir l'échine et une grosse bouffée de chaleur l'envahir. Il lui fallait partir, et vite. Le plus vite possible en fait, avant qu'elle ne se rende compte qu'il n'allait pas la rejoindre sous la douche il aurait déjà mis les voiles. Il balança les draps et sauta du pageot comme si on y avait foutu le feu. Il repéra sa chemise qu'il enfila à la manière d'un tee shirt, attrapa son calbut et son pantalon, glissa sa cravate en boule dans la poche et mit ses chaussettes le plus rapidement possible. Un frisson d'angoisse lui souleva le coeur. Les bottes, où est ce qu'elles étaient encore passées ? Saloperie de merde, elle avait prévu sa fuite ? Il se jeta à plat ventre sur la moquette sous les yeux de la chienne qui trouvait les hommes de plus en plus étranges. Devon repéra une doc sous le plumard et tendit le bras pour l'attraper. Il la chopa par les lacets et la tira vers lui. Il fit alors une incroyable découverte. Sa paupière fut agitée d'un tic nerveux. Mais qu'est ce que c'est que cette merde. Il tendit la main et attrapa un genre de peluche par la patte. Je dis bien un genre de peluche car il était clair pour lui qu'il n'avait jamais vu de peluche aussi cheum. Il avait un peu du mal à en identifier l'animal car les seuls cheveux qu'il avait vu étaient dans le seigneur des anneaux. Par contre ce qu'il comprenait très bien c'est que des comme ça il n'y en n'avait pas dans le film. Vous imaginez la dégaine d'Aragorn sur une bestiole rose bonbon avec des ailes, des sabots à paillettes façon fish fight assortit à ses ailes, des yeux en plastique avec des cils et un coup de rimmel, et une queue et une crinière en fibres ultra plastique, avec des tresses dans un joli camaïeu de rose et de mauve. C'était... très fille, très laid en somme... Il aurait préféré être transformé en Stephan Bern plutôt que de voir Babette dormir avec une peluche pareil... C'était à Edena ce truc horrible ? Il avait l'air un peu vieux mais sentait bon la lessive et ses tresses n'étaient pas défaites. Si elle en prenait soin qu'est ce qu'il foutait sous le lit ? Au moment où ça fit tilt dans sa tête il sentit son coeur se serrer. Elle l'avait caché avant de le faire monter dans sa chambre ? Certes il y avait de quoi avoir honte d'un dossier pareil, mais quand même, ça le touchait. Peut être que sa sensibilité aux poupées y était pour quelque chose, en tout cas il s'assit au pied du lit et regarda fixement la licorne rose-ailée-magique pendant de que la chienne venait frotter sa tête contre son épaule pour réclamer des câlins. Il était à présent troublé. Ça avait toujours été plus ou moins facile de traiter les autres comme de la merde et de penser uniquement à soi, mais là... Est ce qu'on a le droit de quitter quelqu'un qu'on aime parce qu'on ne le sent pas ? Et est ce qu'elle arriverait à l'aimer sans se vexer, sachant qu'il garderait toujours une porte de sortie au cas où ? Devon soupira, il savait qu'une relation pareil courrait au désastre. Il se trouva infiniment nul et tout aussi impuissant. Il allait la décevoir et n'y pouvait rien. Il n'arriverait pas à faire mieux. Il passa son doigt sur les yeux en plastique de Starla, et au moment où il réalisa qu'il y avait des paillettes et des petites étoiles dessinées dedans, il se résolu à ne plus continuer ainsi. Il lança la bestiole sous le lit et se releva. Il allait devoir faire preuve de courage et commença déjà à se demander s'il était en train de faire le bon choix.



Avec le bruit de la douche Edena n'entendit pas le son sourd et régulier de ses pas dans la mezzanine.
Il resta un long moment devant la porte à hésiter longuement, sa main n'arrêtait pas de tendre vers la poignée et de se bloquer. Il n'avait pas du tout l'impression d'être à sa place, et il lui semblait être en train de jouer sa vie à la roulette russe. Fatigué de toute cette angoisse il sentit un grand coup de raz le bol l'envahir. Marre de se prendre la tête, si ça ne lui plaisait plus il ferait avec et puis c'est tout. Pris dans un élan de courage il lutta contre son blocage, ouvrit la porte et la franchit sans même hésiter ou se retourner.
Il referma la porte derrière lui et s'appuya contre le battant. Il sentit son coeur cogner dans sa gorge. Il faisait très sombre, les stores étaient mi clos et la buée emplissait l'air et rendait le carrelage blanc glissant. A l'identique de celle de l'appartement d'Hugar, cette salle de bain présentait moins d'options chicos du style de la baignoire ronde géante qui fait jacuzzi, par contre putain qu'est ce qu'il y avait comme plantes ! Des fougères en pots sur des tabourets, et tout un tas de trucs qui aiment l'humidité et qui remplissent l'espace avec de la vie. Il distingua la silhouette d'Edena légèrement floutée derrière la vitre de la douche à l'italienne. Mouvement de cheveux, elle l'avait vu, certainement à cause du courant d'air qu'il avait provoqué en ouvrant la porte. Cramé, dos à la porte il n'avait maintenant plus le choix. En espérant qu'il avait fait le bon. Apparemment oui car dès qu'il fit le premier pas dans sa direction il se sentit pousser des ailes. Il ne pris pas le temps d'enlever ses vêtements et se jeta dans ses bras. Peut importe s'il était trempé (et même si pour cela il devait passer à la douche >< et c'est pas peu dire !), il refusait de rester loin d'elle. Il s'en voulu alors affreusement d'avoir douté, et se trouva monstrueux. Incapable de dire un mot, il la serrait pour qu'elle lui pardonne.

_________________


Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Sam 28 Avr - 18:52 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Une fois la porte de la salle de bain refermée derrière elle, Edena resta quelques instants appuyée contre le battant. Elle fit une grimace assez affreuse même pour un visage aussi beau que le sien.
 
*Mais quelle conneeeeeee, nan mais vas-y…fais la discute à ton chien devant un mec que tu connais depuis moins de 24h, putain, il va me prendre pour une pauvre vieille fille qui perd la boule…*
 
Sur le coup c’était sortit tout seul, une vieille habitude qu’elle avait prise à force de n’avoir d’autre compagnie que Cala, mais là, elle se trouvait particulièrement débile et ridicule. Qu’allait-il penser ? Il devait déjà pas se sentir très à l’aise, ce n’était vraiment pas la peine d’en rajouter. Elle se mordit la lèvre en espérant qu’il n’en était rien et qu’il avait juste trouvé ça bizarre mais mignon. Au pire elle pourrait toujours s’échapper par la fenêtre.
Un peu dépitée, la jeune femme se déplaça jusqu’au miroir pour voir un peu à quoi elle ressemblait après cette courte nuit. Posant les mains sur les rebords du lavabo qui se trouvait juste en dessous, elle souffla un grand coup sans relever la tête. Elle se sentit alors encore plus débile de craindre la réaction du jeune homme qui se trouvait encore dans son lit. Ne venait-elle pas de commettre l’erreur ultime qu’un visionnage de How Met Your Mother (et donc de toutes les aventures de Barney) aurait put éviter ? En effet, dans son envie de fuir après sa petite gaffe, elle avait prétexté le besoin de prendre une douche et avait donc laissé le mâle seul dans la chambre, lui permettant ainsi de fuir à la première occasion et dans la plus grande discrétion.
Malheureusement pour la jeune femme, à ce moment là, elle n’y pensa pas du tout (comme toutes les victimes de Barney d’ailleurs). Elle finit par relever la tête et regarda son reflet dans la glace. Ses cheveux étaient un peu ébouriffés, mais à part ça, ça allait encore. Attrapant un petit disque de coton et un démaquillant super bio, elle finit d’enlever les traces de khöl que son coussin avait déjà bien dispersé sur ses paupières et sous ses yeux. Puis, prenant sa brosse à cheveux, elle entreprit de les brosser, et se retrouva vite avec une belle tignasse toute frisée. Faisant glisser son peignoir, elle le laissa tomber par terre, se retrouvant ainsi complètement nue.
Elle entra dans la douche et l’alluma. Le contact de l’eau sur sa peau la fit frissonner. Elle aimait les douches brulantes, ainsi, elle monta la température, et la pièce fut assez vite remplie d’une buée épaisse. Levant le visage vers la sortie d’eau, elle ferma les yeux et resta ainsi.
Je ne sais pas vous, mais la douche est pour certain un grand moment de réflexion. C’était en tout cas le cas pour Edena, qui repoussait toujours au maximum l’instant de sortir de l’eau. C’était un moment de calme où rien ne vient troubler la pensée et où les idées sont claires.

 
Ce fut alors qu’elle se dit que laisser Devon seul dans la chambre, même sous la surveillance de Cala, n’était pas une bonne idée. Une partie d’elle se voyait déjà revenir dans la chambre et trouver le lit vide, une autre ne voulait pas y croire.
 
*Nan mais arrête de faire ta gonzesse merde !! Il fait ce qu’il veut, s’il veut partir ou rester c’est son choix !! Et puis, après tout ce qu’il t’a dit, il peut pas se tirer comme ça comme un lâche…*
 
Bien sur qu’il le pouvait, et elle le savait. A vrai dire, cette relation qui naissait entre eux deux lui faisait peur. C’était trop bref, trop soudain, mais elle craignait que mettre un frein à ce début d’histoire n’en signe aussi la fin. Elle ne savait plus bien où elle en était, quoi faire ou même quoi penser. La solution était peut être de ne rien faire et de leur donner une chance de voir comment les choses pouvaient évoluer d’elles –mêmes.
 
A ce moment là, elle sentit un courant d’air passer dans la pièce, et elle se retourna vers la porte pour y voir le jeune homme la regarder. Elle ne put s’empêcher de sourire discrètement, et de sentir son cœur battre soudain plus fort. C’était ridiculement naïf et niais, mais elle aimait cette sensation de se sentir amoureuse. Elle ignorait totalement le défi intérieur que Devon avait dû affronter pour rentrer dans la salle de bain et ne pas fuir en courant. Elle ne fit pas attention à ses vêtements enfilés vite fait.
Soudain, il se jeta dans ses bras, et prise de court, la jeune femme resta quelques instants interdite sans savoir quoi faire ni comment réagir face à cet élan d’affection. Au bout de quelques secondes, elle se sentit comme reprendre conscience de l’être qui se serrait contre elle, et le serra à son tour, en cherchant à lui faire passer tout se qu’elle ressentait, elle voulait chasser cette peur qui les tiraillaient tout deux. Elle ne voulait plus être seule, elle voulait crier, pleurer, rire, jouer, l’aimer, sans regrets ni doute. La chose ne serait pas facile, mais il fallait bien le tenter pour voir ce que ça pourrait bien donner.
 
« Embrasse moi… »
 
 
 


Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 29 Avr - 14:35 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Aussitôt dit, aussitôt fait. Devon n'eut pas à lui demander de répéter trente mille fois, il se jeta littéralement sur elle et l'embrassa à pleine bouche avec l'intensité du désespoir. Dans un sens ça l'arrangeait car il était tout à fait incapable à cet instant de se lancer dans de longues explications sans fondre en larme, ce qui d'ailleurs aurait été assez insupportable. Ce qui en revanche l'était beaucoup moins, c'était cette pelle du siècle qu'il lui roulait abondamment. Néanmoins il savait qu'il en faudrait beaucoup plus pour soulager sa conscience. Il la sentit respirer fort quand il caressa son dos, et lorsqu'il ouvrit les yeux il ne pu s’empêcher de souffler à son tour. Il avait l'impression d'être resté en apnée depuis des temps immémoriaux, et sentir ses poumons se remplir d'oxygène lui procurait une sensation de joie grisante. Devon déposa un baiser sur son front et consenti à passer à la confession. Et comme d'habitude, une fois qu'il eu fait le premier pas, celui qui demande le plus de courage, il se transforma en moulin à parole.

"Je... Je suis tellement désolé. Mais j'ai eu peur quand tu as dit que je serai tout le temps chez toi à partir de maintenant. Bon ok tu l'as dit à ton chien, mais je n'avais pas réalisé alors ça m'a mis une claque. J'ai peur de ça... Non pas que j'en ai pas envie, pas du tout, je t'aime et je me sent bien avec toi. J'ai juste peur de te décevoir et de tout gâcher. Je n'ai jamais réussi à être un petit ami, en fait je ne suis jamais sorti avec une fille un mois complet. C'est minable. Je me fait toujours beaucoup de film et en même temps j'ai peur de m’investir parce que je me dit que ça va forcément se crasher alors tant qu'à faire autant que j'ai du recul... Je sais bien que c'est un cercle vicieux... Je me sent pitoyable."


Il baissa les yeux, incapable de la regarder en face.


"Je te promet que je vais faire un effort. Je tiens trop à toi, je ne veux pas tout foutre en l'air. Dit moi ce qu'il faut que je fasse, je veux être ton mec parfait. Comme ça je donne le change, mais je suis une queue en relations humaines. Je sais pas vraiment ce qui est normal en fait... Oh si si je sais !! Un rendez vous ! Je peux te donner un rendez vous ? Rien de très travaillé, mais ça nous fera bouger de cet appart. Tu t'habille, et tu me retrouve en bas de l'immeuble. Je descend à l'appartement de mon pote, je m'habille et après on va faire un tour au parc en bas. Je fais vite je te promet, je t'aime."

Il embrassa rapidement sa petite joue de poupée, et se sauva en essayant de ne pas faire la savonnette sur le carrelage, ce qui est très dur quand on a ses deux chaussettes imbibées d'eau. C'était d'ailleurs assez désagréable, surtout au niveau de l'entrejambe. Il retourna dans la chambre, en laissant des traces de pied partout mais ça ne lui posait pas de problème, attrapa ses bottes qui laça entre elles pour les transporter sur son épaule, pris sa veste de costard de laquelle il sortit son portable (et oui ça après mure réflexion les poches de pantalon de costume ne sont pas assez grandes). Il était en train d'appeler le portable d'Hugar quand une idée lumineuse lui apparu. L'oreille encore collée au haut parleur qui ne cessait de crachouiller des tonalités, il se foutu à plat ventre sur la moquette, attrapa la peluche, lui fit un bisou un peu fougueux et la posa bien en évidence sur l'oreiller. Sa veste et des bottes sous le bras, et son portable à son oreille, il quitta l'appartement en pourrissant au passage tout les sols. Dans le couloir il croisa une voisine qui le regarda d'un sale oeil, il chita et lui fit remarqué qu'il pleuvait. Après plusieurs tonalités d'absence Devon commençait à perdre patience. Il accepta en tapant sur # quand la boite vocal de Hug lui proposa poliment de détourner l'appel sur la ligne fixe. Plusieurs sonneries là encore, et finalement se fut la nounou qui décrocha. Gentille cette petite, elle venait de R2 et comme lui n'avait aucune qualification et faisait tout les boulots de merde des elpaiens. Si elle n'avait pas été aussi moche il l'aurait surement dragué. En tout cas il était certain que Hug avait fait exprès de prendre une grosse pour l’empêcher de se taper la nounou. Devon lui demanda à quel étage se trouvait l'appartement et elle bafouilla. Putain 14ème 8, il le savait ! Il avait trainé comme un connard déchiré sur le bon palier et n'avait pas trouvé le bon appart ! Quel sum, même si au final c'était mieux comme ça héhé. Il raccrocha et descendit de 6 étages, passa son bracelet sur la borne et la porte s'ouvrit. Quel sum quand même. Mais s'il avait fait 3 mauvaises tentatives sur les portes des voisins la police lui serait tombé sur la gueule. Il entra dans l'appartement sur la pointe de ses petons mouillés, sachant pertinemment que si Phil le cramait dans cet état il allait s'en prendre une. Heureusement personne, à part la nounou essayait désespérément d'endormir Babette sur le canapé. Il la remercia et lui suggéra de la foutre sur le ventre. Oui oh non quelle horreur ! Mais si ça marche mieux. Ah oui en effet...

Il manqua de se ramasser dans les escalier et une fois dans la mezzanine qui lui servait de piaule, il balança ses fringues mouillés en tas, chopa une serviette et se sécha rapidement. Il prit une chemise + jean sans vraiment chercher à savoir si ça allait bien ensemble, mais bon comme il avait souvent le même genre de fringues ça allait toujours ensemble. Se sentant dans un de ses jours de bonne grace il ne laissa pas linge mouillé en boule par terre et le balança dans la trappe de la buanderie-super-domotique, bien sur en pensant à récupérer son portable et ses clopes. Il prit son blouson blanc elpa sous le bras et descendit les marches quatre à quatre, faisant des gros bruits avec ses pompes ferrées. Il salua la nounou grosse, oublia un peu Babette, et go ascenseur. Il profita de cette petite interlude pour enregistrer vocalement le numéro de l'appartement d'Hugar et de celui d'Edena, puis les portes s'ouvrirent et il se retrouva dans le hall, baigné de lumière.

_________________


Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 9 Mai - 23:09 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

(aller ça c'est de la musique de fin de film qui se finit trop bien : http://www.youtube.com/watch?v=yYe6tmrFxbw )


Oh my fucking god !! Mais c’est quoi ce mec !!!??? C’est….c’est…c’est……
 
…l’homme de ma vie !!!!!!!
 
Edena resta bien trois bonnes minutes à pas trop savoir quoi faire, à attendre elle ne savait trop quoi. L’eau de la douche coulait toujours et ruisselait sur sa peau comme dans une pub ushaïa. Elle avait beau être l’une des plus belles créatures à des kilomètres à la ronde, à ce moment là elle avait plutôt l’air un peu con, à pas trop savoir comment réagir après la tirade/invitation/fuite de Devon. Elle finit par sourire toute seule comme une nana gaga de son mec qui vient de l’inviter à une petite sortie toute conne (mais qui veut tout dire !! si si je vous jure XD).
Décidant enfin de bouger son cul de déesse, elle finit de se laver vite fait, se sécha et balança la serviette à travers la salle de bain pour se ruer dans la chambre, où elle trouva Starla, posée en évidence sur les draps froissés. Son cœur hésita alors entre le « MeeeeeeeEEEEEEErrrrrdeuuuuuuuuh » et le « oooooo c’est trop mimiiiiiii », mais le combat prit vite fin et elle se jeta sur la peluche rose et assez moche. Après un petit câlin bien mérité, elle attrapa Starla par la patte, alluma la chaîne Hi-fi, monta le son bien fort et alla dans le dressing.

Elle n’avait pas trop le temps de chercher des fringues mais essaya quand même trois tenues juste pour être sure. La jeune femme finit par se décider pour un truc tout simple, histoire de pas trop attirer les paparazzis. Un beau jean taille basse agrémenté d’une ceinture en cuir clair, un ptit débardeur blanc un peu ample avec de jolies finissions sur lequel elle passa un pull clair en grosses mailles, le tout directement sortit de chez Charnel. Après un passage express devant le miroir pour un maquillage très soft, elle enfila ses chères Pirate’s boots de chez Westwood (un jour je les aurais !!! *w* ), attrapa son sac, ses lunettes de soleil XXL et une charmante étole burberry et se tira vite fait bien fait pour aller retrouver son jules en fredonnant « I’m feeling gooooood »…
 
Le soleil était bleu, les feuilles des arbres en plastiques ondulaient au rythme de la douce brise artificielle, les oiseaux-robot gazouillaient une belle mélodie et les chiens chiaient des arcs-en-ciel. La vie était belle même sur Elpa et Edena se sentait bien et c’était rare depuis qu’elle vivait sur cette planète de cinglés. Elle se foutait royalement de tout ce qui pourrait bien se dire, de ses fans masculins qui allaient être déçus, de ce que sa mère pourrait bien penser de son nouveau gendre…Elle les emmerdait tous bien comme il faut.
Elle ne put s’empêcher de sourire en voyant Devon. Une fois à sa hauteur, elle l’embrassa, prit sa main et d’un air incroyablement joyeux dit :
 
« On y va ? »
 
 
Roulez jeunesse !!! La vie est à nous !!!!


 


Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 14 Mai - 13:51 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

Il attendit un petit moment en bas de l'immeuble. Il avait beau savoir qu'une fille était longue à s'habiller, et que même s'il venait de la quitter dans le plus simple appareil elle n'allait certainement pas sortir sans la tenue bien assortie et la ptite touche de maquillage qui va bien. Devon soupira. Au fond peut importe, si elle avait l'impression de se préparer pour un rencard c'était gagné. En attendant il sortit son portable et énonça à voix haute un texto à destination d'Hugar. Il avait trouvé étrange que celui ci ne soit pas à l'appartement. Peut être était il sorti en amoureux avec son mini Bierber ? En tout cas une chose était sure, il n'avait pas entendu de bruits suspects en montant dans la mezzanine. Si ces deux là n'étaient pas emboités au fond de leur pageot immense où alors alors bien pu se fourrer ? Une image absolument atroce d'Hug et Phil en train de copuler salement dans les cuisines du Chat Botté frappa son imagination, et il se força à penser à autre chose pour ne plus avoir la nausée.

Heureusement pour lui Edena sortit de l'ascenseur à ce moment là. Il l'aperçut et repris aussitôt des couleurs. Devon cessa de s'appuyer contre le mur comme il avait l'habitude de le faire pour prendre une pose plus digne. Elle était vraiment belle. D'un coup ça lui fit un peu bizarre de se retrouver à sortir avec une fille tellement classe que s'il l'avait croisé en temps normal il n'aurait même pas osé la chiter, alors l'aborder pensez vous... Elle ne lui laissa pas le temps de s’empêtrer dans son malaise qu'elle l'embrassa et lui pris la main pour l'entrainer à sa suite. Il se sentit d'un coup très gêné, il venait de réaliser qu'il ne lui aurait jamais pris la main aussi spontanément. Devon réfléchit et se rendit compte que ce n'était pas le genre de truc qu'il avait l'habitude de faire. Il marchait rarement à côté d'une fille, en fait il ne marchait pratiquement jamais et être accompagné d'une fille était quelque chose d'encore plus rare. A part Nemmy bien sur, mais vous vous voyez lui donner la main ? Il n'aurait jamais pensé à faire ce geste, même s'il le trouvait tendre et agréable. Il mettait toujours ses mains dans ses poches de blouson ou de sweat d'habitude. Il sourit en baissant les yeux. Première leçon de petit copain apprise !
Son coeur palpitait de joie et en même temps il avait du mal à se sentir à l'aise. Il prit le temps de ressentir les flux nerveux qui circulaient dans sa main. C'était incroyablement agréable et ça le détendit.

Devon chercha à capter son regard à travers ses lunettes à l'yssienne. Toute la classe qu'elle dégageait l'intimidait, mais il essaya de faire avec et de lui parler. Elle avait déjà fait beaucoup en lui prenant la main.


"Tu sais, je suis heureux d'être venu hier soir. Déjà parce que j'ai pu te rencontrer, mais aussi parce que ça m'a plus ta pièce. Au début j'étais pas chaud chaud parce que je n'avais rien comprit à ce que c'était, je pensais qu'il allait voir un film et ça me saoulait grave de mettre un costard. C'est la première fois que je vois quelqu'un faire du théâtre. Je ne me suis jamais pris une claque pareil."


Il baissa les yeux. Un pensée folle et incroyablement gênante dansait dans son esprit. Il n'arrivait pas à la formuler, tant il se sentait ridicule. Il s'y reprit à plusieurs fois et réussi à parler.

"Tu crois que j'y arriverai... ?"
_________________


Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 27 Mai - 23:01 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

 Le fait de sortit faisait du bien à la jeune femme. Bien que son appartement fût pour elle un havre de paix, elle préférait encore respirer l’air pas très naturel que de rester enfermée. Mais chaque sortie était une épreuve pour elle. En effet, quand on a une renommé aussi impressionnante qu’Edena, on attrape assez facilement une sorte de parasite assez tenace qu’on nomme communément des paparazzis. Il suffisait qu’elle sorte promener le chien pour se retrouvée entourée par une horde de bêtes sans merci à la recherche de scoop croustillant. Mais heureusement pour nos deux tourtereaux, ce jour si, ils se firent plutôt discrets et restèrent planqués discrètos derrière les arbres en toc, en tout cas pour le moment.
Malgré son amour naissant pour le jeune homme dont elle tenait fermement la main, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de regarder à droite et à gauche pour vérifier que personne ne les suivait. Elle n’avait pas du tout honte de lui, ça n’avait rien avoir avec ça…en fait, contrairement à notre amie Anaria, Edena n’aimait pas plus que ça exposer sa vie privée au grand public ni faire la première page des tabloïds. Elle redoutait à chaque instant qu’une avalanche de flash et de questions les submergent et brise ce joli petit moment qu’ils passaient en amoureux.
Elle n’écoutait Devon que d’une oreille, cherchant dans sa tête un endroit simpa pour se poser, être tranquille et à l’abri des regards indiscrets.
Mais la dernière question de Devon la ramena à la réalité et elle resta silencieuse quelques secondes le temps de se souvenir ce qu’il venait de dire.

 
« Bien sur…on en a tous la force, il suffit de se donner la chance d’y parvenir et de croire en soit…mais tu ne pourras le savoir que si tu essayes. »
 
En disant ses mots, l’esprit de la jeune femme fit Tilt !! Voila un endroit calme où personne ne viendrait les faire chier.
 
« Et pourquoi pas essayer maintenant ?! LE théâtre doit être vide à cette heure de la journée, on sera seul et te pourra voir si tu es fais pour ça !! Ça te dit ? »


Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 18 Juil - 10:23 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

"Euh..."

Il lui fallut un court instant pour se remettre les idées en place. Lui, elle, à nouveau réuni dans cet endroit magique, mais cette fois ci seuls ? Ouh mon dieu que ça bouillonnait ferme dans son petit crâne. Lui qui adorait les mises en scène grandioses trouvait cette idée incroyablement pompeuse et grandiloquente, de l'art à l'état pur quoi.

"Oh oui oui oui ! Han ça sera trop bien, allons y !"

Toujours en la tenant par la main il l’emmena jusqu'à la porte de l'ascenseur qui menait au parking. Devon était tellement sur son nuage que pas un seul instant l'idée sinistre qu'elle puisse avoir honte de se balader en public avec lui ne le frôla. Il était juste content, enfin niais et content. Au fond c'était assez moche de le voir amoureux, il disait oui à tout ce qu'elle disait d'une voix enthousiaste et désagréablement suraiguë. Elle lui aurait dit "hé on va sur la lune ?" t'inquiète pas qu'il aurait aussi trouvé ça incroyablement brillant et charmant de sa part.
Il la suivit jusqu'à sa voiture en affichant un sourire passablement stupide, ouvrit la portière et s'assit côté passager en la fixant avec un regard langoureux. A l'heure actuelle il était incapable de citer un seul de ses défauts. Elle lui apparaissait comme une nymphe nue qui jouaient innocemment avec l'eau de la source, et riait tout en créant des petits arc en ciel à chaque fois qu'elle tournait la tête et que sa chevelure lourde projetait des gouttelettes d'eau à travers le soleil brulant de l'après midi.
Oui il en était là u_u' C'est triste.

Devon se laissa conduire jusqu'au centre, incapable de réaliser l'évidence même. Edena avait beau avoir la plastique parfaite (et puis aussi la mentalité faut avouer) de sa nymphe nue idyllique dont le seul tracas est de piquer des couronnes de fleurs des champs dans ses tresses, mais là... elle se gourait. En effet la belle avait complètement oublié que ce soir... Elle bossait u_u Peut être qu'elle aussi perdait la notion du temps et qu'à travers le prisme de l'amour aveugle elle le voyait comme un magnifique faune à la virilité exacerbé, sortant du bois tout animé de pulsions animales, et à qui elle n'hésiterait pas à remettre sa petite vertu sur un tapis de fougères, toute nymphe dévêtue et cochonne quelle était.

Enfin, il est fort loin encore le temps où elle s’apercevra qu'il ronfle et laisse des poils dans la baignoire, et où il se rendra compte que les licornes sont bien plus qu'une petite passion rigolote qui lui passera en grandissant... Pour l'instant ils découvrent l'amour naissant, et le retour à la réalité n'en sera que plus brutal.

En arrivant au théâtre ils se retrouvèrent face à une fourmilière grouillante de techniciens, d'ouvreuses, de costumières et d'acteurs, le tout en total galère. Si la belle avait d'ailleurs pris la peine de jeter un coup d'oeil à son portable elle aurait découvert une quantité impressionnante d'appels en absence et un répondeur complètement full.


"Zut !"


_________________


Dernière édition par Devon le Mer 12 Sep - 10:57 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Edena W.R. Shäakhespeär
Elfette
Elfette

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2009
Messages: 92
Localisation: Bientôt de retour à la maison!!
Emploi: Actrice
Planète d'origine: Ys
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 10:53 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

( XD Héhé, ça risque d’être court mais finalement faut que je rep de suite )
 
Les deux tourtereaux n’avaient peut être pas beaucoup de points communs au premier coup d’œil, mais on pouvait s’accorder à dire…qu’ils puaient tous les deux l’amour à plein nez. On aurait ajouter à ces scènes de romance quelques arcs-en-ciel, quelques papillons et quelques paillettes que ça n’aurait même pas fait tache.
Comme son cher et tendre, la belle avait totalement omis ses quelques menus obligations…comme son boulot accessoirement !! Ce ne fut qu’en arrivant aux abords du Globe qu’elle se rendit compte de l’horrible réalité.
 
« Aaaaah Putaaaaaaaiiiin !! »
 
Tout en descendant vers le parking, elle attrapa son portable (outrageusement cher et inutile) pour écouter les messages qui n’avaient fait qu’envahir sa boite vocale au cours de la journée.
 
« Putain de putain de bordel de meeeeeeeerde, jsuis trop cooooooonne !!!!!!!! »
 
Et comme de par hasard, un connard c’était garé sur la place qui lui était réservée, et le reste du parking était déjà plein. Arrêtant sa caisse en plein milieu d’une allée, elle coupa le contact et ouvrit la portière précipitamment.
 
« Putain de connard de merde !!! Rien à foutre ils se démerderont !! Aller on se grouille !!! »
 
Sans regarder si Devon la suivait, elle se dirigea vers l’entrée des artistes, et ce n’est qu’en passant le seuil qu’elle lui glissa :
 
« Putain je suis désolée…j’avais complètement oublié que je bossais ce soir. »


Revenir en haut
Devon
Humain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2009
Messages: 2 709
Localisation: A bord du CIDRE
Emploi: Au service d'Edena
Planète d'origine: Saolu
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 11:07 (2012)    Sujet du message: La marchande de Prunes Répondre en citant

La belle se fit chopper par son manageur en boule mais compréhensif, et Devon se retrouva seul au milieu de l'agitation comme un connard. Il commença à se sentir quelque peu angoissé et perdu, et comme à chaque fois qu'il se trouvait dans une mauvaise passe, sa bonne (?) étoile se mettait à briller et lui envoyait un messager du destin. A vous de deviner. Qui est là pour nous sortir des intrigues qui se prennent le mur ? Qui est toujours là quand on a un petit coup de mou et prépare la meilleure bouffe de la galaxie ? Qui peut sans aucune problème arriver de façon complètement inexpliquée dans une histoire sans que ça ne gène personne ?

"Hé Devon !"

Devon se retourna à l'appel de son prénom et reconnu immédiatement l'ingé son (et vendeur de burger) le plus professionnel et reconnu de la galaxie. En effet Edena était venue sur Elpa avec sa propre équipe d'élite et avait veillé personnellement à ce que Francis n'y soit pas admis. D'ailleurs pour Djoe Djoe c'était une première ce boulot sur Elpa. En effet Elpa était le seul endroit dans cette galaxie à ne pas disposer d'un Djoe Djoe burger. Déjà parce que la licence ne lui aurait pas été accordé pour causes de hum... manquements aux normes d'hygiènes. Et puis aussi parce que Djoe Djoe trouvait que les elpaiens étaient tous des cons, et ne voulait pas bosser là bas.

Mais bon, pour les beaux yeux d'Edena il avait quand même accepté de diriger l'équipe technique pour une saison.

Devon absolument ravi de voir le visage amical de son dea... euh de son ami de toujours, il le suivit dans les méandres des coulisses. Après quelques explications rapides et lacunaires sur ce qu'ils faisaient réciproquement là, Djoe Djoe décida de lui trouver une occupation, et de le coller dans les pattes des ouvreuses pour qu'il leur donne un coup de main. Le travail n'était pas particulièrement difficile, et consistait dans sa plus grande partie à regarder une pièce à l'oeil en discutant avec les elfettes employées par le Globe. Depuis le dernier gradin il distinguait à peine la silhouette d'Edena, mais ça lui réchauffait le coeur. Il commençait à s'habituer à sa présence et à l'attention qu'elle lui portait, et envisageait avec de plus en plus de sérieux ce début de relation.



(topic compleat ?)
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:25 (2017)    Sujet du message: La marchande de Prunes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Steam Machine Index du Forum -> Système galactique Elpaïen -> Elpa Major -> Capitale : Elma -> Le Globe Rouge Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5
Page 5 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com